Actions en faveur de l’environnement

UN FILLEUL POUR MADAGASCAR place l’enfant et l’éducation au cœur de ses préoccupations et le parrainage d’enfants défavorisés est son action principale. Néanmoins, dans un pays largement impacté par la déforestation et l’érosion des sols et de la biodiversité, cette proximité avec les enfants nous semble être un levier efficace pour éduquer à la préservation de l’environnement.

Les écoles partenaires du parrainage sont autant de viviers de projets environnementaux possibles. Une COMMISSION ENVIRONNEMENT a ainsi été mise en place pour contribuer au développement de ces projets. En voici quelques bribes…

SOANINDRARINY : VERS UNE DYNAMIQUE ARBORICOLE

Perchée sur les hauts plateaux, l’école de Soanindrariny se situe dans une région de production fruitière, et plus particulièrement de pommes. Le projet s’envisagera sous l’angle de la production fruitière. Néanmoins, malgré la volonté des locaux, le mauvais état actuel des vergers laisse apparaître un besoin de restauration des arbres et surtout de formation arboricole des locaux.

VOLET FORMATION

Le premier volet du projet est donc la formation arboricole biologique. Formation de notre animateur local puis formation de villageois motivés, potentiels développeurs de leur territoire et enfin formation des sœurs dans l’objectif d’y intégrer un volet pédagogique auprès des élèves et filleuls.

IMG_4967L’opportunité locale est la présence du CEFFEL (Centre d’Expérimentation et de Formation en Fruits et Légumes) à environ 2 heures de route de l’école. Ce centre référent est en capacité d’accueillir des délégations pour des formations de quelques jours. Sœurs, parents d’élèves, arboriculteurs, villageois peuvent y apprendre les techniques de culture des arbres fruitiers en agriculture biologique, mode de production vertueux pour l’environnement. Notre animateur local sera également en mesure d’apporter des compléments de formation directement à Soanindrariny (fertilisation, greffe, plantation, taille).

Cette montée en compétence locale pourrait être globalement bénéfique aux familles des élèves et à l’ensemble de la communauté.

VOLET RESTAURATION DU VERGER

La congrégation salésienne, notre partenaire du parrainage, possède par ailleurs un verger de 2,5 ha. Celui-ci est 100_5865également en mauvais état. Le diagnostic conduit par notre animateur et des experts (FREDON Nord – Pas de Calais) montre une taille insuffisante ou encore de nombreuses maladies et pressions parasitaires dégradant la production de pommes. Cet état n’est toutefois pas irréversible !

Quoi de plus concret que de mettre les connaissances acquises en formation et les conseils d’experts en pratique sur le terrain ? Le verger de l’école est en effet le cas pratique idéal pour compléter la formation des villageois ou initier les élèves à l’arboriculture. Les élèves pourraient par exemple planter des nouveaux pieds, contribuer à l’entretien des arbres tout au long de l’année et participer à la récolte des fruits.

Dans un territoire pourtant déraciné de sa forêt, l’arbre ne résonnera plus comme une entité à abattre mais comme une opportunité de développement.

DES ENFANTS ET DES ARBRES A TOLONGOINA

En 2010 et 2012, l’école de Tolongoina a subi d’importantes coulées boueuses allant jusqu’à enliser le réfectoire de terre. La sécurité des biens et des personnes était remise en question. Les causes : le climat pluvieux, la forte pente mais surtout le déboisement de la colline. UN FILLEUL POUR MADAGASCAR et ses partenaires locaux se sont donc mobilisés pour :

CONFORTER LA COLLINE PAR UN CHANTIER30 - Copie

La priorité a d’abord été de renforcer la pente par la création de plusieurs murs de soutènement et d’un réseau d’évacuation des excès d’eau pluviale. Sans ces murs, les bâtiments (école, maison des sœurs, réfectoire) risquaient l’effondrement à terme.

 

APPORTER L’EAU POTABLE

17 - CopieA Tolongoina, l’approvisionnement en eau se faisait par le transport de seaux d’eau de rivière, engendrant d’importants risques sanitaires pour les usagers de l’école. Ainsi, en complément du chantier de renforcement de la colline, 2 réservoirs semi-enterrés en béton de 10 m3 chacun ont été implantés en étage pour permettre la récupération, la filtration et le stockage des eaux de toitures, ceci dans un objectif d’alimentation en eau saine et indemne de microorganismes, particules ou polluants.

A Tolongoina, l’eau coule toujours mais désormais dans les robinets !

Ce chantier a notamment été permis grâce au soutien financier de Marcq Madagascar et la Commune de Lauwin Planque.

REBOISER LA COLLINE

Ces travaux conséquents n’auraient pas de sens sans une protection durable des pentes de la colline. Comment ? Grâce à la forêt !

Reboiser est en effet une mesure d’urgence de protection de la colline. L’enracinement et la végétation aérienne permetent de réduire le ruissellement et l’érosion.

C’est d’autre part un outil de sensibilisation des enfants et des parents à la grave problématique de la déforestation à Madagascar. Lutte contre l’érosion, fertilité des sols, puits de carbone, source de biodiversité, préservation des paysages originels malgaches… Les atouts environnementaux de l’arbre ne manquent pas mais pourtant la déforestation se poursuit à Madagascar. Au-delà de ces raisons écologiques, pour convaincre la population, il faut par ailleurs apporter quelques arguments économiques et sociaux : bois d’œuvre ou énergie, productivité agricole des sols, productions fruitières et alimentation, huiles essentielles et propriétés phytopharmaceutiques…C’est tout l’enjeu du travail engagé : sensibiliser les enfants et la population locale par une approche pédagogique et pratique.

Quatre sessions de reboisement ont eu lieu et une pépinière pédagogique a été créée. Les enfants sont régulièrement mis à contributions dans le cadre du processus pédagogique.

 101_5171                            101_5148

Don à l'association
Faire un don à l'association via Paypal
Aller à la barre d’outils